Être avocat, c’est tout un métier

Le métier d’avocat

Il est difficile d’expliquer ce que fait un avocat dans le cadre de son travail. En effet, c’est lui qui va réaliser de nombreuses tâches.

On va essayer d’être le plus concis possible. C’est avec une avocate compétente à paris que nous rédigeons ce billet.

Tout d’abord, l’avocat n’aurait pas le même quotidien qu’un confrère. Il y a des spécialités qui vont diverger, comme le civil, le pénal, les affaires, le public… Le second critère qui va faire évoluer le quotidien sera la qualité du statut juridique. Est-ce que l’avocat est salarié d’un cabinet ? Est-il à son compte ? Travaille-t-il avec ou plusieurs employés ? La quantité de travail ne sera pas la même.

Il ne faut pas résumer l’avocat à une personne qui va brailler face à un juge. C’est une image donnée par les médias. Elle est déformée. Ce n’est pas le reflet de la réalité.

La plupart du temps, bien que ça varie selon la spécialité, l’avocat est une personne qui doit adorer rédiger et lire. En effet, il va souvent se retrouver avec des dossiers très complets, qui vont avoir plusieurs centaines de pages. Le but de l’avocat va être d’utiliser son esprit analytique pour réaliser une synthèse, trouver toutes les informations qui peuvent être utiles et apporter une valeur ajoutée pour les communiquer au juge, voire d’aller au procès. Certains juges sont pointilleux et n’hésiteront pas à demander des étapes de recherches pour s’assurer que tout est bien clarifié et précisé.

L’avocat peut avoir un quotidien assez chargé avec des expertises le matin, et des audiences l’après-midi. Mais ce n’est pas valable pour tous les professionnels de la justice, puisqu’il y en a qui sont concentrés sur la rédaction de contrats.

Quelles sont les compétences requises ?

L’avocat va avoir besoin d’une grande confiance en lui pour exercer. Sans celle-ci il va être difficile de trouver les mots pour défendre son client dans un conflit.

La rigueur et l’organisation sont des maîtres-mots quand il s’agit de décrire un avocat.

La maîtrise de l’oral doit être parfaite, tant pour converser et échanger avec son client que pour le défendre face à un jury composé du juge et de ses collaborateurs. Le dernier cas où l’oral peut être utilisé, c’est lors de certaines conférences de presse, pour des cas médiatisés. Malgré tout, cela reste assez rare.

On ne devient pas avocat comme ça, du jour au lendemain. Les études sont longues, et un long travail sur soi-même doit être réalisé.